Persistente luce

Persistente luce

Gouache/pastels secs/crayons de couleurs et graphites, 24 x 36 cm, 2018.

Illustration 1 : Chaque matin au lever du jour, une petite chauve-souris admire la danse des papillons colorés devant l’éclat tout neuf du ciel.

Illustration 2 : Elle rêve de leur ressembler. Un jour elle prend son courage à deux ailes et vole à leur rencontre. Les papillons offusqués qu’un être si disgracieux prétende les côtoyer la renvoient à sa condition : créature des ténèbres, incolore, terne…

Illustration 3 : Dans l’ombre de son volet la chauve-souris rêve de la vie qu’elle n’aura jamais.

Illustration 4 : Mais une nuit, elle rencontre un papillon différent, encore plus lumineux que ceux qu’elle contemplait en journée : un papillon de nuit. Il lui dit : « Il y a autant de couleurs la nuit que le jour, il faut juste apprendre à les observer. L’éclat brille mieux dans le noir. »

Illustration 5 : Ainsi ne vous étonnez plus si le soir, autour de vos lanternes et vos feux, une farandole d’insectes, citoyens de l’obscurité, célèbrent leur joie d’appartenir au monde de la nuit.

Conte touchant à la fois aux thèmes du contentement et de la différence. Le sentiment de rejet est très commun à l’enfance, et perdure parfois à l’âge adulte. Notre capacité à changer de regard sur ce qui nous paraît anormal, ou sur les épisodes tristes de notre vie, me semble être une réelle force. La plupart du temps, tout n’est qu’une question de point de vue : les normes, la beauté… Même les aléas malchanceux de l’existence nous permettent d’évoluer, d’apprendre et parfois de transformer la situation de départ en quelque chose d’épanouissant et jouissif. Invitation à cultiver cette intelligence de l’émerveillement.